Le Forum du GAR

Forum destiné à tous, mais principalement aux victimes et familles de victimes de la route
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mon témoignages et lettre à mon fils

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Laurence
Invité



MessageSujet: Mon témoignages et lettre à mon fils   Mer 24 Jan - 16:25

Je vous écris d’un petit bureau

Une pensée toute particulière pour notre fils Stewe décédé lors d’un déplacement dans le cadre de l’armée Suisse. Mon désir est de lui rendre hommage et de lui dire au combien nous l’aimons sur ce forum



Je vous écris d’un bureau. De ce petit bureau boisé qui fait partie de mon quotidien. J’aime me retrouver dans cet endroit où je me réfugie.

Le matin lorsque je prends mon petit déjeuner, j’apprécie me connecter sur l’ordinateur, bien des fois je voyage à travers les images d’animaux, de fleurs, de paysages fantastiques. C’est ainsi que j’aime le début de la matinée, sans devoir me presser.

Dans ce petit bureau, qui était autrefois la chambre des enfants, j’adore écrire ma vie avec ma famille. Mon chien, mon chat sont là à me guetter, dans le coin de la porte.

Les murs du petit bureau respirent, je sens la présence de mes enfants petits. Bébés, je les y ai nourris, bercés, langés. On a beaucoup joué ensemble. A mesure que les années ont passé, ils en ont fait leur empire, l’ont décoré de leurs peintures, leurs dessins d’école.

Maintenant, le décor n’est plus le même. La petite chambre est devenue bureau, je l’ai parée à ma façon : une belle paroi murale vitrée, remplie de souvenirs de mon fils décédé: voitures de collections, trophées de motos gagnés lors de cross. Les murs sont décorés de petits dessins encadrés, de photos de la famille, de ma fille toujours près de nous, ainsi que de mes amis avec leur petite dont je suis la marraine, tout cela est cher à mon cœur.

Du petit bureau, je vais écrire toute mon histoire, une façon de faire revivre tous ces souvenirs, de les garder tout près de cet endroit si précieux pour moi. Pouvoir continuer à la faire vivre cette chambre devenue petit bureau.


UN TOURNANT TERRIBLE



Nous sommes en deux mille un notre fils de 21 ans, un garçon qui nous amène tellement de joie, il est toute notre vie conçu pendant notre voyage de noce, je l'appelle l'enfant du bonheur.

Tant d'années de joie, sa petite soeur nous a rejoins trois ans après, il l'a aimée tout de suite pas de jalousie d'une nouvelle venue, au contraire il l’a protégée durant toutes ces années.
Un tournant terrible ce fameux mois de septembre deux mille un.
Notre fils accomplissait son école de recrue en Suisse, il s'était passé neuf semaines, dures, fatigantes, puis ce fameux 5 septembre, un coup de téléphone sur le natel de mon mari, nous étions au restaurant avec son amie, car nous avions pris nos vacances.
J'écoute la conversation, je vois le visage de mon conjoint devenir blême, la voix qui tremble, il répond à son interlocuteur de nous rappeler dans un moment que nous allions remonter chez nous, j'avais compris qu'il parlait à quelqu'un de l'armée, nous voilà partis.
la maison le téléphone sonne, mon mari demande à son interlocuteur de confirmer ce qu'il lui avait dit précédemment, un grand silence, puis un au revoir.
Il nous fait nous approcher de lui, me regarde ses yeux pleins de larmes m'annonce: notre fils est décédé d’un accident de moto sur l’autoroute, je me suis effondrée, des pleurs qui ne sont pas des pleurs mais de hurlements de douleurs, toute une vie s’écroule, prend un tournant depuis ce fameux jour.




LETTRE A MON FILS





C’est seulement 4 ans après l’accident de notre fils que j’arrive à m’exprimer sur notre vécu.

L’après, l’on est comme anesthésié par la douleur de la perte de l’être cher.
Pendant plusieurs mois, chaque jour se réveiller avec des pleurs qui sortent de nos entrailles.
Chacun à vouloir cacher sa souffrance, pour ne pas faire de mal à l’autre.

A mesure que les mois s’écoulent, la famille proche, ainsi que nos véritables amis, « j’emploie ce terme car peux d’amis ont réussi nous accompagner dans ce parcourt du deuil ».
La famille, les vrais amis nous ont aidés par leurs visites à nous écouter, nous réconforter, en nous faisant sortir, invitations, ainsi que pleins d’occupations pour chacun de nous.

Pour papa le fait de se retrouver avec des jeunes qui partageaient tes passions, les mêmes que lui, puisque vous faisiez énormément d’activités ensemble. Cela l’aide c’est comme une continuité.

Pour ta sœur l’on fait beaucoup de sport, natation, cours d’aqua Gym, chose que l’on partage toujours actuellement. C’est nos instants précieux d’être les deux à pouvoir se parler.

Laisser à chacun la liberté de vivre ce deuil à sa manière, c’est une façon de respecter l’autre.
Apprendre à vivre sa propre vie, continuer notre parcours sur terre.

Pour moi ta maman, l’écriture ma découverte, une véritable thérapie ; écrire toute ma douleur et mes expériences sur papier. Je m’arrête là ! Car notre histoire je suis en train de l’écrire.

LAURENCE
Revenir en haut Aller en bas
Laurence



Nombre de messages : 4
Age : 58
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 27/01/2007

MessageSujet: Re: Mon témoignages et lettre à mon fils   Mar 30 Jan - 4:20

Bonjour de Laurence

Je voulais vous laisser un texte que j'aime particulièrement, mis aussi dans la rubrique textes poèmes..., que de réflextion l'on peut se faire en le lisant, Salutations à vous.

CIEL QUE J’AIME LA VIE

Au cours de notre vie, nous avons traversé de nombreuses épreuves. Parfois, les événements se bousculent à un rythme tel qu’on a même l’impression de perdre le contrôle. On se sent alors dépassée, bousculée, envahie par ce tourbillon qu’est la vie.

Je sais, il arrive même que certains de ces événements, voir colère et de frustrations. J’ai eu plus que ma dose et aurai sans doute encore de ces épreuves qui parfois, deviennent si lourdes à porter, à vivre, à supporter.

Vous savez, ces situations ou il y a toujours quelqu’un pour vous dire … tiens bon, tu en ressortiras plus forte, tout ira mieux demain, Ces quelque mots sont souvent exprimés dans le but de nous encourager et de nous réconforter, et pourtant… au moment ou ils sont exprimés ils ne changent rien à l’intensité de ce que l’on vit, comme s’ils ne voulaient rien dire en fait.

Le seul remède qui peut apporter un soulagement n’est rien d’autre que le temps et durant ces moments de souffrances… il semble si interminable. Tout ce qu’on peut vivre et ressentir semble alors prendre les couleurs et le goût amère de cette douleur qui nous assaille.

Et pourtant… bien que j’aie eu plus que ma dose personnelle en ce domaine,

CIEL QUE J’AIME LA VIE

Pour avoir traversé bien des tempêtes et crains si souvent le naufrage, pour chaque fois réussir à retrouver le calme, j’ai réalisé à quel point l’instinct de survie et la combativité faisaient partie de l’être humain du moins, faisaient partie de moi.

Il est certain qu’au moment ou l’on se trouve en plein cœur de la tempête, on ne se rend pas compte de tout ça, mais une fois le calme revenu, il faut prendre le temps de réfléchir à ce qui vient de se passer. Tenter de comprendre le message à en retirer afin de grandir et d’éviter de revivre ces épreuves.

Et c’est précisément au cours de ces réflexions « d’après coups » que j’ai réalisé à quel point, dans les pires moments de la crise, j’avais ressenti LA VIE en moi. Toute cette énergie nécessaire à combattre, à comprendre, à survivre, à traverser le tumulte.

Tout comme la tornade et l’ouragan sont les manifestations de dame Nature qui reprend ces droits… qui s’adapte et rétablie ensuite le calme comme si de rien n’était. C’est précisément avec cette même fougue, cette même ardeur et cette rage que j’ai appris à faire face à l’adversité, refusant que la situation ait le dessus. C’est moi qui gagnerais parce que j’avais en moi tout ce qu’il fallait pour y arriver.

En agissant ainsi, on ne peut faire autrement que de ressentir toute la puissance que la vie, en soi, peut nous procurer, La prochaine fois que vous aurez à traverser une dure épreuve, essayez, ne serait-ce qu’un court instant, de ressentir la vie… cette vie, cette rage qui surgit en vous et n’est destinée en fait, qu’à vous fournir l’énergie nécessaire à supporter la tempête jusqu’à ce que le calme se rétablisse. Apprenez à apprivoiser cette fougue, cet instinct de survie qui vous poussera à faire face et à traverser cette étape. Vous constaterez alors combien cette énergie peut nous faire du bien, même si les événements, eux, font mal parfois.

C’est justement grâce à tous ces moments difficiles qu’aujourd’hui je peux crier haut et fort :

CIEL QUE J’AIME LA VIE

A toutes ces personnes qui trouvent parfois difficile de traverser les épreuves que la vie nous envoie et qui se sentent au bord du naufrage, je dit SOYEZ CONFIANTES, au lieu de vous centrer sur la situation qui vous chagrine et fait souffrir, essayez de ressentir en vous cette rage, cette fougue, cette énergie qu’est LA VIE. Si vous ne la ressentez pas allez chercher au creux de vous-même car elle y est c’est certain.

Voyez votre difficulté comme une mer déchaînée et imaginer-vous comme étant le capitaine du bateau qui doit à tout pris ramener la barque à bon port. Et là… au lieu de vous laisser surprendre par les vagues, faites leurs face. Servez-vous de leur puissance pour être propulsé de plus en plus loin à chaque vague qui vous frappera. Chacune d’elle vous rapprochera de plus en plus de la terre ferme.

Vous verrez alors qu’avant longtemps vous aurez réussi non seulement à éviter le naufrage, mais c’est là que vous ressentirez cette énergie merveilleuse qu’est LA VIE et toute la puissance qu’elle vous procure lorsque l’on en a besoin. Je souhaite à chacun de découvrir le courageux capitaine qui est en vous, car il y en a un… c’est inévitable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mon témoignages et lettre à mon fils
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre d'un fils à son père
» Lettre à mes enfants....
» Lettre d'une mère à son fils ..
» Avant de mourir une mère demande au Président de s'occuper de son fils tétraplégique
» Lettre d'un ado à sa mère

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du GAR :: TEMOIGNAGES-
Sauter vers: