Le Forum du GAR

Forum destiné à tous, mais principalement aux victimes et familles de victimes de la route
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Accident mortel aux Assises de Mons :

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Accident mortel aux Assises de Mons :   Ven 12 Jan - 6:00

Novembre 2006

Accident mortel aux Assises de Mons :
Décor théâtral, mais des clopinettes pour les responsables …


Le procès qui s’est déroulé en novembre dernier au Tribunal de Mons est surprenant puisqu’ une affaire de roulage a été jugée aux Assises. Ce dernier fait (la Cour d’Assises pour un homicide involontaire et de surcroît, en matière de roulage), si exceptionnel soit-il, n’en est pas pour autant un cas de jurisprudence, contrairement à ce qui a été dit..

En effet, en Janvier 2003, sur le ring de Waterloo, un conducteur ivre avait été poursuivi au terme d’un accident (collision en chaîne, avec mort d’homme), dont il était responsable, Auteur d’une queue-de-poisson à l’origine du décès d’une conductrice (sans compter les autres blessés), la prévention d’ « entrave méchante à la circulation » avait été, là aussi, retenue contre lui. Ce procès s’était achevé en jugement d’un banal accident de la circulation avec une mort involontaire, tandis qu’au final, l’individu s’en tirait avec une condamnation de 4 ans d'emprisonnement (assortis d'un sursis pour ce qui excédait les 6 semaines de prison préventives), une déchéance du droit de conduire pendant quatre ans, 240 heures de travaux d'intérêt général et environ 1.000 € d'amende … Si ma mémoire ne me fait pas défaut, il doit encore exister un cas plus ou moins semblable dans un autre arrondissement judiciaire.
Mais revenons aux circonstances du drame relaté dans le présent article, les voici brièvement brossées. 12 Juillet 2003, N27 à Seneffe, en direction de Nivelles. Ce jour-là, Pierre NICAISE (23 ans), alors qu’il circulait à vélo, était percuté par la voiture de Cédric LAURENT (28 ans), auteur d’une course-poursuite avec celle de Sylvie MOLLE (37 ans) qui n’avait pas accepté de se laisser doubler par l’autre. Pierre devait décéder 2 jours plus tard, tandis que son frère, Mathieu, cycliste lui aussi, avait été grièvement blessé lors des faits. La vitesse des véhicules a été estimée à 150 km/h, au lieu des 90 autorisés … Ceci traduit bien l’état d’esprit de ces conducteurs.


Pourquoi les Assises ?

Essayons d’abord de bien comprendre comment et pourquoi ce dossier a finalement abouti devant les Assises (Il aurait été largement plus facile de placer ces tristes sires dans un établissement psychiatrique, quoique …). C’est assez technique mais ne m’en voulez pas.
Il a d’abord été nécessaire que la Chambre du Conseil, une fois l’affaire mise à l’instruction par le Parquet ou par la partie civile, décide de ne pas correctionnaliser le crime retenu. Ceci ne survient que si le Parquet (le plus souvent) décide de la faire juger en Assises. Ensuite, la Chambre du Conseil ordonne « la transmission des pièces au parquet général » et il faut encore que la Chambre des mises en accusation décide de renvoyer le dossier devant la Cour d’assises.. Ne perdons pas de vue que s’il s’agit bel et bien d’un homicide involontaire, c’est surtout la prévention d’ « entrave méchante à la circulation » qui pèse de tout son poids. Voici donc comment cette affaire s’est retrouvée aux Assises : c’est pourtant simple ….

Mécanisme des peines

En l’espèce, l’infraction d’entrave méchante à la circulation routière a donc été retenue ; elle est punissable de la réclusion criminelle de 5 à 10 ans, la peine possible étant portée à la réclusion criminelle de 20 à 30 ans si le fait a causé la mort d’une personne. Dans ce dernier cas, une correctionnalisation du crime est impossible : c’est donc d’office la Cour d’Assises et en cas de circonstances atténuantes, celle-ci peut réduire la peine à 3 ans (éventuellement assorti d’un sursis total ou partiel) ou prononcer une peine de travail de 46 à 300h.
Quant à l’homicide involontaire, c’est par contre un délit qui ne relève pas de la Cour d’Assises, sauf cas particulier.
Il semble que la déchéance du droit de conduire (sur laquelle je reviendrai plus tard) ne peut s’appliquer lorsqu’une peine est prononcée pour entrave méchante à la circulation.

Jugement et réflexions

3 ans de prison avec sursis pour lui, 300 heures de peines de travail pour elle : mais qu’est-ce qu’ils s’en tirent bien ces déséquilibrés du volant, pas avec les honneurs mais presque. Sûr qu’on a fêté cela dans leurs ménages respectifs. (« Allez, tchin, à mon acquittement … »). De la part des 12 jurés et des 3 professionnels en place pour juger, ce n’est pas de la clémence, c’est de la connerie humaine dans toute sa splendeur. C’est à tout le moins, faire montre d’une incroyable naïveté que de croire que ces deux-là ne recommenceront pas de sitôt. Lui, « nanti » de son sursis, elle, devant « pointer » ses 300 heures (mais où donc ? L’histoire ne nous le dit pas : elle ira peut-être ramasser les feuilles tombées des arbres dans un parc quelconque), pourront très vite laisser libre cours à leur instinct. Si l’on peut raisonnablement imaginer qu’ils ne commettront plus d’accident(s) dans des circonstances identiques, je reste persuadé qu’ils sont tout à fait capables d’être à la base d’autres accrocs du même acabit, et pourquoi pas, avec mort d’homme. Ce sont des indécrottables pour lesquels la route ne peut en aucun cas intervenir pour freiner leurs pulsions dévastatrices : ils n’écoutent qu’eux, ne se mettent pas en danger du tout, mais ne veulent pas tenir compte qu’ils ne circulent pas sur une propriété privée. La route n’est plus un outil propre à se déplacer car pour eux, c’est avant tout un lieu sur lequel s’exprimer, sans jamais penser aux autres usagers s’y trouvant.
Mais, à propos, dites-moi, où est-on, dans quel film joue-t-on ? Si l’on se trouvait à Zolder ou à Francorchamps, cette manœuvre de course-poursuite serait passée inaperçue. La seule différence réside précisément dans le fait qu’ici, ces 2 imbéciles – que dis-je ? Ces 2 assassins ! – se trouvaient sur une Nationale. C’est à la fois effrayant et écœurant de constater qu’il se trouve encore des conducteurs dont l’âge mental n’excède pas 10 ans, voire moins ! Grave, grave. …
Un des avocats, le brillant Maître Ph. MAYENCE, pour Cédric LAURENT, dira même qu’ « il s’agit d’un mauvais réflexe » : il vaut mieux entendre ça qu’être sourd. Il précisera par ailleurs qu’ « il ne trouve pas adaptée cette qualification d’entrave méchante » , affirmant avec son confrère que « pour qu'il y ait cette entrave, il fallait nécessairement une intention de nuire ». Ce qui, selon eux, n'était pas le cas. Sur ce dernier point, je ne pense pas que l’on puisse leur donner totalement tort. Il reste cependant qu’il y a eu effectivement mort d’homme et blessures graves (dans le chef de Mathieu) et que cela reste largement intolérable : les accusés auraient donc dû être jugés en conséquence, ce qui n’est visiblement pas le cas.
Autre point : comment se fait-il que l’on n’ait pas prononcé de déchéance du permis de conduire ? La réponse figure plus haut (comme dirait l’autre, c’est loi) mais une fois encore, c’est insupportable et totalement illogique, absurde même. En clair, cela signifie que, puisqu’ aucune peine de prison ferme n’a été retenue, ces cinglés vont paisiblement et immédiatement vaquer à leurs occupations, sans même devoir se soucier de leurs condamnations respectives.
Dernière chose : au GAR, on ne nous enlèvera pas de la tête que si les 2 conducteurs avaient comparu en Tribunal de Police ou en Correctionnel, ils auraient très certainement dû faire face à des peines plus rudes, plus sévères. Les exemples foisonnent, mais la place manque pour les citer …





Depuis 6 ans que j’assiste régulièrement aux audiences des procès, je veux me convaincre que la justice évolue en matière d’accidents la route et de sévérité envers certains responsables de drames qu’ils ont provoqués. Avec ce procès-ci, je suis sorti de mon rêve et me dis qu’il y a encore bien du pain sur la planche pour que cette justice prenne enfin conscience de ses responsabilités : à quoi bon enfermer un voleur à-la-tire de modeste envergure, alors qu’on laisse en liberté des conducteurs coupables d’avoir tué par un comportement totalement inadapté à la conduite d’un véhicule.


Albert GILLIQUET
Vice-président
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Ma réaction   Ven 12 Jan - 6:02

Bonjour,
je lis vos différents billets : franchement vous n'avez pas beaucoup de respect pour l'intelligence humaine !
Trois milliards d'années d'évolution et le cerveau de l'Homme est devenu le système d'analyse le plus complexe de l'univers (jusqu'à preuve du contraire).
Est-ce qu'on ne peut pas faire confiance au système embarqué le plus sophistiqué (=le cerveau du conducteur) pour savoir comment doit se comporter le conducteur ?
Respectons ses décisions quand il conduit. Mais aidons à informer ce cerveau des risques présents. La décision prise sera probablement la meilleure possible, même si des erreurs sont possibles et inhérentes aux processus cognitifs. Ne prenons pas pour prétexte ces erreurs pour enlever toute forme de décision intelligente à prendre pour le conducteur.
Si on remplace dans les véhicules l'intelligence de l'homme par une machine programmée pour respecter scrupuleusement le code, on verrait se produire un nombre incalculable d'accidents ! Il est vrai qu'on met alors le programmeur en cause. En oubliant que les panneaux routiers sont bien souvent placés en dépit du bons sens...
Par pitié : faites confiance à l'intelligence, en sachant que les décisions humaines sont entachées par des erreurs d'appréciation souvent causées par les affects (colère, euphorie, joie, tristesse...). Dans le cas de l'accident de Seneffe, une sorte de défi, un jeu s'est terminé par la mort d'un cycliste. Pourquoi réclamer des peines plus sévères ? Faut-il parachever l'oeuvre en détruisant aussi la vie de ces deux jeunes ? La loi du talion est abolie ! Gageons au contraire qu'ils deviendrons les meilleurs conducteurs possible.
Vous vous interrogez sur la raison pour laquelle les responsables minimisent leur action surtout si les conséquences en sont graves ? C'est simple : il est insupportable de savoir qu'en s'étant comporté de telle manière, le résultat fut catastrophique pour autrui. Pour vivre il faut se trouver des raisons pour s'être comporté comme ça. Tout comme le fumeur sait qu'il se met en danger et se donne le change en prétendant qu'il faut bien mourir un jour...
Bien à vous,
_____

Denis Lecomte, Lic. Psy
Rue G. Norga, 31
1140 Evere

denis.lecomte@skynet.be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: ASSISES DE MONS   Ven 12 Jan - 6:31

Embarassed Cher Monsieur,

J'accepte très volontiers la critique ... pour autant qu'elle repose sur des fondements réels et concrets, et qui apportent la preuve que je me trompe dans mon(mes) raisonnement(s). Dans votre cas malheureusement, j'ai la vague impression que vous prenez vos désirs pour des réalités, en expliquant, par exemple, que les conducteurs de Seneffe deviendront probablement les "meilleurs conducteurs" qui soient après le drame causé par leur bêtise. Permettez-moi d'en douter et je pense sincèrementr ne pas être le seul à émettre de nettes réserves à ce propos ...
Avec des phrases telles que "respectons ses décisions quand il conduit", "Par pitié : faites confiance à l'intelligence, en sachant que les décisions humaines sont entachées par des erreurs d'appréciation souvent causées par les affects (colère, euphorie, joie, tristesse...), "la décision prise sera probablement la meilleure possible, même si des erreurs sont possibles et inhérentes aux processus cognitifs", ... , j'en passe et des meilleures, je suis en train de me demander si vous avez déjà vécu de près le désarroi, le chagrin, la rage parfois de parents qui ont perdu un enfant sur la route par la faute d'un conducteur qui a bu exagérément . Vous ne m'auriez pas dit que vous étiez psy, je l'aurais très facilement deviné, en raison de l'usage de termes compliqués et noyés dans des propositions qui, pour finir, ne veulent plus rien dire, à en devenir de réelles inepties.
Quoiqu'il en soit, vous êtes largement à côté de la plaque dans le domaine du comportement de certains responsables d'accidents. Et ne vous en déplaise, si je suis contre la loi du Talion, je resterai favorable à des sanctions plus sévères dans le cas de ceux qui ont provoqué l'accident de Seneffe (un "défi" dites-vous).

Une dernière chose : j'aimais quand même mieux vous lire que d'être aveugle ...

Bien à vous,

Albert GILLIQUET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: En réponse à votre délire de psy !   Ven 12 Jan - 6:35

Cher Monsieur,

Je ne suis évidemment pas à court d'arguments pour vous répondre longuement, au contraire et en plus, d'autres le font (ou le feront) pour moi. Il se trouve que tout bénévole que je suis pour le compte de 2 asbl de sécurité routière, j'ai bien d'autres choses à faire que me perdre dans des discours, vains pour vous, qui me prendraient exagérément de temps, ce précieux temps que je consacre volontiers à d'autres, pas à vous.
Je ne répondrai pas non plus à votre demande quant à ma motivation : il s'agit de ma vie privée, point.
Néanmoins, je vous rassure immédiatement quant à une chose : les termes compliqués auxquels je faisais allusion dans ma réponse, restent quand même à ma portée.

Ceci étant, j'ai compris une chose : j'ai réellement besoin d'une consultation auprès de vous, vous voudrez bien, m'en dire par mail si vous êtes d'accord. Je ne doute pas de l'efficacité d'un traitement prolongé (10 séances min.)auprès de vous. Dernière chose : en évoquant ces "jeunes" (35 ans environ) responsables du drame de Seneffe, et en admettant qu'ils vous lisent, je suis certain qu'ils se rendront chez vous parce qu'ils auront trouvé en vous un autre compagnon pour leurs "jeux" (c'est le terme honteux que vous choisissez) débiles et mortels.

Bien à vous,

Albert GILLIQUET
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Mise au point   Ven 12 Jan - 6:37

Cher Monsieur,

Je me permets de vous écrire suite à votre réaction sur l'article de M. Gilliquet sur notre site : http://www.gar-asbl.be .

L'article de M. Gilliquet est tout à fait conforme à la triste réalité de terrain que nous rencontrons quotidiennement. Je suis moi-même une maman dont le fils, sa compagne et un autre jeune ont été tué par un chauffard qui compte à son actif 12 préventions. Ajoutez à cela la récidive et nous arrivons à jugement en appel de 8 mois de prison avec sursis et 18 mois de déchéance du droit de conduire sans devoir repasser quelque que ce soit. Pendant toute la déchéance, il a conduite sans permis.

Il faut être très clair, si les victimes réclament des peines plus sévères, ce sont dans des cas bien précis et non à la volée. Il y a accident et accident.
Nous revendiquons des peines plus sévères pour les auteurs d'accidents mortels ou handicap lourd avec pour circonstances aggravantes, usage d'alcool au volant, de stupéfiants et aussi en cas de récidive. Vous ne dites rien quant au jugement attribué au policier qui a tué le jeune Miguel Callut, en état d'ébriété : 18 mois de prison ferme et 5 ans de déchéance du droit de conduire !
Sachez que la vitesse et les courses poursuites sont plus nombreuses que l'on croit et grand nombre d'accidents avec blessés graves se passent dans ses conditions. La voiture devient dans les mains de ces individus rien de plus qu'une arme. Sans nul doute, vous seriez d'accord des assises si ces deux jeunes avaient joué avec un pistolet ou autre arme et avaient tués quelqu'un. C'est la même chose, sauf que l'accident de la route est banalisé.
Nous sommes constamment sur le terrain, au côté des familles endeuillées, dans les tribunaux pour les audiences, jusqu'à ce jour, nous n'avons et je parle de cas bien précis encore vu aucun de ces délinquants avoir une parole pour les victimes, aucun remord et c'est ça qui est gravissime.
Et après l'accident, pas mal de familles ont droit au passage EN VOITURE devant leur domicile par l'auteur qui vient les narguer. Difficile à croire n'est-ce pas ? C'est la stricte vérité, je peux personnellement en témoigner dans mon cas, comme dans pas mal d'autres.

Ce qu'il faut en tout premier lieu, c'est une prévention efficace ayant pour but de faire comprendre à tout un chacun que la route ne se prend pas, mais qu'elle se partage. Respecter les autres, c'est aussi veiller à ne pas les mettre en danger. On en assez d'entendre ce genre de personnage déclarer au tribunal " je ne l'ai pas fait exprès"
Vous avez une vision très utopique de l'être humain en général qui au volant de sa voiture se sent invincible et invulnérable, il est le maître. La réalité de terrain n'est guère cela.
De toute façon, ces deux jeunes dont vous parlez, n'aurait pas du passer aux assises, mais en tribunal de police, ils auraient été condamnés plus lourdement.

Si vous êtes psychologue, êtes vous conscients que les familles sont condamnées à perpétuité, surtout dans le cas de la mort d'un enfant, quelque soit son âge ?Etes-vous au courant des pathologies qui se développent bien des années après le traumatisme, des maladies, des dépressions, des pertes d'emploi ?
Et je ne parle même pas du cas que l'on fait des victimes dans les tribunaux lors des débats civils, la vie d'un être humain est chiffrée dans un tableau ! C'est vrai et c'est bien le seul point où je serais d'accord avec vous : un mort sur la route ne rapporte plus rien à l'état, alors autant privilégié l'auteur.
Je pense que vous n'avez pas compris l'article de M. Gilliquet, c'est un homme de terrain.

Je vous invite à venir bénévolement au sein de notre association, rencontrer les familles, assister aux audiences, voir comment ils sont traités par les auteurs. Je pense que seulement alors, vous pourrez portez un jugement équitable.

Vous parlez de rancoeur et de révolte, ce n'est pas du tout le message que l'association veut faire passer, nous souhaitons des peines adaptées par délits. Vous savez, pour nous il est trop tard, l'assassin de la route nous a enlevé ce que nous avions de plus précieux, mais doit-on pour autant les laisser continuer à détruire d'autres familles, non, ma réponse est "non". Des peines alternatives dans certains cas, dans des structures bien précises, de la prison ferme dans des cas gravissime avec circonstances aggravantes et retrait de permis à vie pour ces gens-là.Mais ne fermons pas les yeux, cela ne les empêchera pas de conduire !! Tant qu'ils sont sous les verrous, ils ne tuent plus ! J'insiste sur le fait que cette revendication est uniquement dans des cas très précis et au risque de vous décevoir, nos travaux avec le ministère de la justice et les Etats Généraux vont aboutir à coup sur sur une modification des peines, désolée pour vous.

Vous pouvez demander aux familles s'ils avaient le choix : aller voir leur enfant en prison ou au cimetière ! Vous connaissez leur réponse.

Nous ne sommes pas psychologues, mais nous faisons gratuitement leur travail en accompagnant les familles, en étant à leur écoute, en leur permettant de crier leur souffrance ! Pourquoi, me direz-vous, tout simplement parce que "NOUS" pouvons dire "nous vous comprenons". Pourquoi les psychologues ne sont-ils pas présents au moment de l'annonce du drame, n'accompagnent-ils pas les familles à la morgue, à l'hôpital, aux audiences, etc. Parce que ce n'est pas rentable peut-être, parce que cela fait peur ?
Ce serait pourtant votre rôle et pas le nôtre, ne croyez-vous pas ? L'aide aux justiciables n'est accessible gratuitement qu'aux victimes avec tiers responsable, une famille dont le jeune se tue seul a-t-elle moins de chagrin ? Un consultation de psychologue coûte combien ? Pas remboursé par la mutuelle ! Croyez-vous que toutes les familles sont riches, qu'elles peuvent se le permette, mais non !

Je ne me targue pas d'avoir votre formation, mais je peux vous dire que je sais ce que c'est de perdre un enfant dans des circonstances dramatiques, et je sais ce que c'est de savoir les écouter et faire en sorte qu'ils arrivent tout doucement "eux aussi" à se réintégrer dans la société, car il faut bien le dire, la souffrance dérange.

Vous avez eu mon point de vue, et ce ne sont pas les témoignages qui vont vous manquer, dès que votre intervention sera mise en ligne.

Je terminerais en vous demandant de bien penser à quel serait votre réaction, vos sentiments, si un jour, on sonne à votre porte et qu'on vous emmène voir un cercueil où se trouve la chair de votre chair et que vous apprenez que deux jeunes "jouaient" sur la route en se poursuivant et a fauché votre enfant "sans le faire exprès". Je doute fort que vous teniez encore le même langage, surtout si vous vous trouvez face à des personnes qui n'en éprouvent aucun remord.
Ce sont des propos tels que les vôtres qui justement créent un sentiment d'impunité chez ces personnes, tout est permis, c'est pour jouer !

Je vous remercie néanmoins de votre réaction, il fallait avoir le courage de le faire et j'espère que les échanges de courriers vous donneront un autre éclairage sur ce qui se passe réellement sur le terrain.

Bien à vous

Cécile Jacob
Présidente GAR - Groupement pour l'Action Routière asbl
route de la Gileppe, 9
4845 Jalhay
087/22 14 31
0498/83 24 97
http://www.gar-asbl.be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: réponse à Mme Jacob   Ven 12 Jan - 6:38

Madame,
J'ai lu avec beaucoup d'attention votre mail, croyez-moi.
En effet, j'ai des réactions auxquelles je ne m'attendais pas !
En écrivant, je pense que j'ai eu une analyse strictement théorique des choses, désincarnée du drame qui vous touche. Mais ce n'était pas mon but de faire de la peine à qui que ce soit. Mon intervention n'a pour objectif que de rappeler qu'il faut réfléchir en conduisant et que parfois, il y a des ratés dont le résultat est la mort.
Je pense que la moyenne des conducteurs méritent qu'on les prenne pour des êtres responsables et respectueux d'autrui et de soi. Les prendre pour des débiles est pratiquement une injure à l'intelligence. Les menacer perpétuellement de peines lourdes, même après une grosse gaffe ayant blessé ou même tué est irrespectueux de la part du Pouvoir, pour les citoyens qu'ils sont.
J'ai le sentiment que la colère des réactions que je lis, suite à mon mail, est le résultat de personnes en deuil, qui n'ont plus une vision très claire des choses. Je ne parviens pas à imaginer que les auteurs viennent narguer les victimes ! Dans ce cas effectivement il s'agit d'assassins.

Je suis prêt à accepter votre invitation pour venir voir dans votre association comment les choses se passent.

Je n'imagine pas d'absence de remords, peut être s'agit-il pour le responsable de crâner et de ne pas exprimer une forme de regret ?
Croyez que votre témoignage m'a touché et finalement m'a fait prendre conscience d'une évidence simple derrière tout cela : la souffrance.
C'est justement ce qui manque dans les écrits de Mr Gilliquet : un petit supplément d'âme. Je n'avais pas compris sa souffrance, juste sa colère.
Bien à vous,
_____

Denis Lecomte
Bruxelles
denis.lecomte@skynet.be
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Seneffe   Ven 12 Jan - 6:39

Cher Monsieur Lecomte, Licencié en psychologie,

Trois milliards d'années et quatre années d'étude pour en arriver là, en effet. Personnellement, je trouve cela désespérant. Si je reconnais volontiers que le cerveau de l'homme est le système d'analyse le plus complexe de l'univers, vous omettez de dire qu'il peut engendrer autant d'intelligence que de bêtise, de bonté que de méchanceté, de surdoués que de débiles.
Edmond Rostand a dit "la science est née de la morale" ainsi, trois milliards d'années pour engendrer des Einstein et des Hitler, des Eluard et des Céline, des Érasme et des Dutroux, des Bush et des Gandhi, de jeunes promeneurs en vélo et des détraqués victimes d'un "affect".
Mais qu'autorise donc ces "affects" ? Dans le cas qui nous occupe, la colère ? Non, un ego surdimensionné au point, tout simplement, d'avoir le droit de tuer.
A vous lire, je me sens tout à coup victime d'un "affect", la vengeance: prendre le révolver de mon fils, qui lui servait au stand de tir, lieu de détente et de concentration et aller descendre celui qui l'a assassiné. Je m'adresserai bien sûr à vous pour une analyse psychiatrique au moment de mon procès.
Êtes vous conscient, l'espace d'une seconde, que vos propos sont une abominable insulte à la mère, au père, au frère de ce jeune homme. Êtes vous conscient, après trois milliards d'année et quatre années d'étude des "affects", parlons ici de "douleur" indicible, ressenties, pour le reste de leurs jours, par ces personnes.
Vous osez, il faut le faire, parler de "jeu", avez-vous pensé à consulter un collègue car je suis intimement persuadée qu'il vous manque une case, celle de la compassion qui devrait prévaloir sur toute autre considération.
Votre discours est totalement incohérent "Faut'il parachever l'oeuvre..." non, je suis d'accord avec vous, c'est de la bel ouvrage, "chouette, j'ai chopé deux cyclistes".
Pour transformer ces deux "jeunes" (36 ans) en bon conducteur, il faudra une sérieuse thérapie, mais certainement pas chez vous, ils en ressortiraient convaincus qu'ils ont bien fait, que c'était une expérience utile pour leur apprendre à se conduire comme des humains responsables et pas comme des bêtes, victimes de leurs bas instincts de conquérants, à n'importe quel prix: "pour vivre, il faut se trouver des raisons pour s'être comporté comme ça".
La cerise sur le gâteau: "le fumeur sait qu'il se met en danger..." trois milliards d'années et quatre ans d'étude pour ne pas arriver à faire la différence entre "se" et "l'autre".
Merci, Monsieur le psychologue, pour cette analyse du texte de Monsieur Gilliquet, texte bien structuré, sans faute d'orthographe, qui, avec l'expérience acquise nous livre, sans parti pris, non seulement une analyse du fonctionnement de la justice de notre pays mais aussi une évaluation des risques inhérents aux peines trop légères généralement rendues dans ces types d'assassinat. Vous confondez loi du talion avec justice et peines appropriées, mais surtout vous confondez erreur humaine et respect de l'autre et de la loi.
Relisez donc, Monsieur, la Déclaration des Droits de l'Homme.

Yvette DOUCHIE, Assistante en pharmacie, recyclée en Bibliothécaire documentaliste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Réponse à Mme Douchie   Ven 12 Jan - 6:41

Madame,
Je suppose que Mr Gilliquet vous as transmis mon mail, puisque j'ignore qui vous êtes.
Pourquoi tant de haine ? Votre mail transpire la colère et l'ironie presque irrespectueuse, et je me sens un peu blessé. Qu'ai-je fait de si terrible sinon rappeler l'importance de l'intelligence dans la conduite automobile ? C'est là l'unique but de ma réaction.
Cette intelligence s'inscrit dans un contexte qui en module l'efficacité. Oui, il y a des crapules, des égoïstes, des anxieux, des colériques...
Je pense simplement que la moyenne des conducteurs humains méritent qu'on les prenne pour des êtres responsables. Croyons qu'ils peuvent comprendre une situation sans être sanctionnés. Faut-il que la seule réponse du Pouvoir soit la punition ?
J'ai le sentiment que votre colère éclipse toute forme de nuances : rassurez-vous c'est normal et humain finalement. Je n'ose plus parler d'affects puisque le terme vous turlupine semble t'il.
Ne croyez pas que je n'ai pas de la compassion pour les victimes, simplement mon intervention parle d'autre chose : de l'action du conducteur. Même si l'objet de mon mail est "Seneffe", est mal choisi je le concède.
L'ensemble des articles de Mr Gilliquet réclame des peines plus fortes pour les accidents les plus terribles. Un conducteur qui roule avec son GSM à la main et qui renverse une poubelle, n'aura rien comme sanction, mais s'il renverse une classe d'enfants, il réclamera sa tête ! Pourtant le processus accidentogène est le même. Dressons des guillotines pour tous ceux qui mordront un peu sur une ligne blanche : des assassins.
La sanction n'est pas liée à l'importance du résultat, n'en déplaise à Mr Gilliquet. Il semble que la justice ne le suive d'ailleurs pas.
Le parti-pris de Mr Gilliquet est tellement énorme qu'il est possible que vous ne l'ayez pas vu.
Mon intention n'est évidemment pas de raviver la tristesse des victimes, et si vous êtes dans ce cas, croyez-moi, ce n'est pas mon intention.
D. Lecomte

NB : Après trois milliards et cinq ans et pas quatre.

Denis Lecomte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Réponse à M. Lecomte   Ven 12 Jan - 6:43

Cher Monsieur,
Je ne veux pas vous laisser dans l'ignorance, vous ne me connaissez pas plus que vous ne connaissez Monsieur Gilliquet. Nous sommes ces ignorants du GAR qui estiment, en effet, que la justice est par trop clémente avec des tueurs tels que ceux de Seneffe et les autres et nous sommes fiers de nous battre pour cela.
Nous estimons, je le répète, que la seule manière de protéger le droit à la vie de nos enfants est la sanction, ce que vous réfutez.
Vous appelez la justice "pouvoir", êtes vous sûr de ne pas vous mélanger les pinceaux.
Vous attendez de l'être humain, avec son cerveau de trois millions d'années, qu'il prenne conscience de ses actes par le simple fait de son intelligence, mais sur quel planète vivez-vous, Monsieur ?
Vous postulez que l'intelligence est omniprésente chez les conducteurs et qu'elle gère leur aptitude à la conduite d'un véhicule. Si c'était vrai, il n'y aurait jamais de morts sur nos routes.
Vos comparaisons au sujet des réactions de Monsieur Gilliquet, relèvent du délire: poubelle et classe d'enfants, mordre sur la ligne blanche et allez cueillir des cyclistes sur le bas-côté de la route.
Contrairement à ce que vous pensez, la justice à bien réagit en fonction du délit en mettant en application ce à quoi la loi l'autorise. Monsieur Gilliquet, à juste titre, a mit en évidence les lacunes de cette procédure inhabituelle et nous sommes tous d'accord avec son "parti-pris".
Vraiment, cher Monsieur, il y aurait lieu de revoir votre copie et faire la différence entre cette magnifique machine qu'est l'intelligence humaine et ce qu'en font certains individus malfaisants pour le reste de la société.
Dès l'instant où, au volant de cette arme qu'est une voiture, on se laisse envahir par la colère, elle prend le pas sur l'intelligence. Dès l'instant où on lève le coude pour absorber une boisson alcoolisée, l'inconscience, meurtrière, prend le pas sur l'intelligence. Dès l'instant où on se croit permis d'enfreindre la loi sur les limitations de vitesse, la bêtise prend le pas sur l'intelligence.
Ainsi, vous aurez beau évoquer toutes les raisons du monde, pour nous, parents "désenfantés", ceux-là sont des assassins.
Si, après cinq et non pas quatre année d'études supérieures, vous n'êtes pas à même de comprendre cela et d'admettre la justesse de notre combat qui ne demande rien de plus que l'application de la loi qui régit notre société afin que chacun y trouve la place qu'il mérite, vous n'êtes pas digne de vous revendiquer de cette profession dont la mission première est de prendre en compte la douleur humaine également régie par l'intelligence pour ne pas nous comporter comme des animaux .
Bien à vous,
Yvette Douchie, représentante du GAR en province de Namur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: pas très positif !   Ven 12 Jan - 11:50

Monsieur,
Je me doutais bien que vous alliez me répondre mais cela ne vous donne évidemment pas d'office raison !
Vous dites que je prends mes désirs pour des réalités, mais c'est exactement l'idée que je faisais de vous : vous êtes sur de vos propos et sans nuances. Vous dites avec un aplomb total et définitif votre conviction, et vous me reprochez la même chose alors que j'avais mis un "probablement". Je crois sincèrement que le dogme se trouve de votre côté. Comment imaginer que quelqu'un ayant commis par bêtise (je crois que vous utilisiez même ce terme), une catastrophe comme la mort d'une personne, ne fera pas tout son possible pour l'éviter à l'avenir ? Ce serait désespérer de Homme !
Ne croyez pas que les processus de décision du cerveau humain ne sont pas étudiés, par exemple l'ergonomie qui permet d'adapter l'objet à l'homme. Ces études permettent d'améliorer la sécurité, elles sont notamment le fait de psychologues. Je met en avant l'utilité de ne pas déposséder le conducteur de son libre arbitre. J'espère que vous comprenez ce mot, pas trop compliqué. Évidemment je ne suis pas sans savoir que la bêtise, pour ne pas dire la connerie humaine existe (la preuve : votre acharnement quasi délirant pour exiger des peines plus fortes sans en connaitre leur véritable impact, ni leur utilité).
Ne croyez pas que je suis insensible à la douleur des parents des victimes et je comprends cette rage qui transparaît dans vos écrits et qui en constitue le fil conducteur. J'ignore si vous vous rendez compte comme vos écrits transpirent cette colère. Je comprends qu'un ivrogne/drogué multirécidiviste doit être mis hors d'état de nuire tant pour les autres que pour lui même. Certaines catégories de personnes sont pour ainsi dire irrécupérables et j'en prends acte. Je pense que d'autres ne doivent pas être mises dans le même panier même si les conséquences sont épouvantables. Je crois, sans en avoir la preuve, que les jeunes de l'affaire de Seneffe ont tué le cycliste en "jouant" entre eux, sans le vouloir, même s'ils auraient dû se douter du danger. Je pense que c'est ce que le tribunal a voulu faire comprendre.
Voilà un peu de prose qui vous ne fera pas plaisir si vous n'êtes pas aveugle...
J'aurais bien voulu savoir ce qui vous motive à écrire ?
Bien à vous,


D. Lecomte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: réponse de M. Lecomte à M. Gilliquet   Ven 12 Jan - 11:53

Monsieur,
Vous n'avez pas saisi les nuances de ce que j'ai écrit, et vous croyez que je suis incapable de comprendre. Pourquoi être ainsi sur la défensive ?
Faut-il être d'accord avec vous sur tout pour bénéficier de votre intérêt ?
Vous répondez par une ironie méprisante à tous ceux qui manifestent le moindre désaccord ?
Croyez-vous réellement que je suis totalement incapable de comprendre que le terme"jeu" vous a blessé ? J'en suis désolé et mon but n'était pas là. Par contre je me sens humilié par vos propos.
Votre combat n'est-il pas d'améliorer la sécurité routière et d'en aider les victimes ? Dès que quelqu'un manifeste un intérêt pour la question, vous le vouez au gémonies, car vous vous considérez comme le seul habilité à en parler.
Dommage, car les parents de victimes d'accidents méritent un meilleur avocat que vous.
Cécile Jacob m'a écrit et j'ai été très ému par ce qu'elle m'a dit, sans dogmatisme, ce qui me donne l'envie de savoir plus, d'essayer de comprendre les victimes mais aussi les coupables. De comprendre leur humanité.
Bien à vous,
D.Lecomte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Cécile Jacob
Administratrice
avatar

Nombre de messages : 66
Age : 65
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 12/01/2007

MessageSujet: Dernière réponse   Ven 12 Jan - 20:02

Cher Monsieur,

Je vous réponds une dernière fois car je pense que pour arriver à se comprendre vraiment, il faudrait qui être psy, qui avoir suivi, comme notre association, de multiples dossiers.
1 - un examen psychologique: certaines peines sont associées à cette exigence, hélas après les faits. Nous avons la certitude que la justice n'appliquera jamais cette sanction après 2 ans, voire 5 ans de retrait de PC (voir le suivi des pédophiles après leur sortie de prison). Avoir cette exigence avant la délivrance d'un PC relève dès lors de l'utopie même si l'idée en soi pouvait s'avérer intéressante (je ne vais pas développer).
2 - Maîtriser ses affects relève aussi de l'utopie, qui ne pique pas une colère, qui ne s'est jamais senti sous le coup d'une émotion intense...
Le problème réside dans la prise de conscience au moment de s'asseoir au volant, que cet acte mérite la mobilisation de toutes nos facultés, tant psychiques que sensorielles (je ne vais pas développer)
3 - La sanction pour satisfaire les victimes n'est pas le but que nous recherchons, elle leur est simplement nécessaire pour ne pas dire vitale à faire un deuil, à savoir que leur enfant n'est pas mort pour rien et appliquée selon la loi serait dissuasive pour quelques uns ce serait toujours ça de gagné. Si vous aller sur le site du RED (responsable Albert Gilliquet), vous pourrez constater que nous ne sommes pas opposés aux peines alternatives (je ne vais pas développer non plus les conséquences des peines trop "soft").
4 - Quant à ma haine ou ma colère, vous faites vraiment fausse route. A la mort de mon fils, malgré les conseils de mon avocat, je ne me suis même pas constituée "partie civile" marquant ainsi ma volonté de ne pas me laisser envahir par des sentiments qui me détruiraient davantage. Ce qui ne m'empêche pas de comprendre, d'approuver et de défendre les revendications d'autres parents sinon que ferais-je au GAR (je ne développe pas davantage, il suffirait que je vous fasse parvenir quelques articles de presse).
5 - Enfin, si Piaget s'est attaché à l'évolution de l'intelligence (surtout chez l'enfant) il faut bien reconnaître qu'elle s'est arrêtée très tôt pour certains et phénomène que j'aimerais que vous m'expliquiez, elle régresse nettement chez l'homme dès qu'il s'installe dans cette propriété privée qu'est son véhicule (je ne développerai pas non plus).
6 - Enfin, et c'est louable, le jour ou vous aurez pu remettre l'intelligence au pouvoir au volant, cela voudra dire que l'univers entier aura évoluer et que l'homme aura rattraper par l'évolution de son intelligence, l'évolution de l'immense mutation technologique du siècle passé que son cerveau n'a assimilé que par "utilisation" et non "compréhension". Je suppose que Piaget dirait qu'il est resté au stade "assimilation" voire "accommodation" mais loin de "équilibration". (je vous laisse développer).

Pour conclure, c'est cette perception du point 6 qui nous a fait réagir, chacun à notre manière, et les connaissances de Monsieur Gilliquet en la matière ne saurait-être remise en cause ni la façon de l'exprimer. Vous avez utilisez un terme malheureux "jeu". Lui qui analyse depuis plusieurs année les dossiers justice, il connaît bien les chauffards qui "jouent" à la roulette russe. Son engagement profond est d'autant plus louable qu'il est le seul de l'association à ne pas avoir perdu un enfant, c'est pourquoi nous le respectons autant. Nous attendons vainement d'autres gestes similaires.

Bien à vous,
Yvette Douchie

Encore un petit mot, puisque vous acceptez d'assister, à l'invitation de notre présidente, à l'une de nos actions, j'insiste pour vous demander d'être ce lundi 15 à 9h30 au tribunal correctionnel de Dinant.
Nous ne sommes pas vindicatifs, le conflit nous dérange, c'est l'occasion de tout remettre à plat, remettez tout vos rendez-vous et rejoignez-nous, considérez qu'il s'agit d'une formation continuée, nous en avons tous toujours besoin.
A vous voir,
Yvette Douchie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.gar-asbl.be
Bh131119
Invité



MessageSujet: Réponse à la lecture des réactions   Jeu 17 Jan - 7:50

No Je trouve la réaction de ce "psy" d'une tristesse affligeante. Aurait-il le même language si quelu'un s'en prendrait à lui ? Si un "jeune" viendrait à déruire par jeu sa voiture ou sa maison ( bien remplacable), dirait -il à la justice " ne le punissez pas trop sévèrement, car je pense qu'il doit éprouver du remord pour son acte". J'en doute fort ! Alors imaginez ce que nous ressentons pour un être irremplaçable. Savez vous à combien estimé la valeur du domage moral de la perte d'un enfant pour la justice? Si vous l'ignorez, je vous invite à vous renseigner...
Je suis la maman d'un petit garçon de trois ans qui a été fauché par un automobiliste "intelligent" comme vous dites. Cet homme, qui avait une intelligence pareille à la votre monsieur le "psy", a pris le volant de sa voiture après sa journée de travail, mais malheureusement, il avait bu quelques verres de bière. Lorsqu'il a croisé notre route, en plus d'avoir bu, il téléphonait de son gsm, et roulait à plus de 120 km/h là où c'était limité à 75 km/h. Cet "automobiliste-meurtrier" n'a laissé aucune chance à mon fils, il a dévié de sa route et est venu fauché mon fils sur l'accotement;puis a pris la fuite. Lorsqu'il s'est retrouvé face à nous au tribunal, et durant tous les débats, il nous a toujours regardé dans les yeux, sans jamais dire ou montrer le moindre regret !
Depuis le décès de notre petit garçon, nous vivons un enfer, toute notre vie à été détruite seulement à cause d'une "bétise" comme vous osez qualifier un tel acte. Je suis en dépression,incapable de travailler, mon mari à perdu son travail, licencier pour avoir été en dépression suite au décès de son fils, nous avons dû revendre notre maison car nous n'arrivions plus à payer le crédit. Avez vous la moindre idée, de tout ce que doit vivre une famille désenfantée ? Non, j'en doute ! Vous avez une expérience théorique, apprise dans vos livres...et je vous souhaite de ne jamais acquérir cette expérience de part votre vécu comme de nombreuses familles présentes ici sur ce forum l'on vécu !
Nous ne demandons pas vengeance au travers de lourdes peines comme vous le pensez. Nous souhaitons simplement protéger notre jeunesse, nos amis, nos connaissances, de personnes telles que celles qui ont détruit les vies de ceux que nous aimions. Le succès vient de la prévéntion, et malheureusement, l'Homme ne sait se contrôler que s'il est encadré par des lois. S'il se sait menacer, il réagi, autrement il ne se sent pas concerné. S'il sait qu'il risque par son manque d'attention d'avoir un accident, parce qu'il a commis un acte qui met en danger autrui, et que de ce fait il risque une lourde sanction; alors, à moins dêtre inconscient, il adaptera ses faits et gestes. Je conçois que tout les conducteurs ne sont pas des inconscients (heureusement pour chacun de nous) mais encore une fois il est aussi de leur intérêt de légiférer sur ce sujet. De toute façon, seul ceux qui se comportent mal auront à craindre une sanction, les autres en acquiéront une plus grande sécurité !
Je ne suis pas active au sein du GAR, ou de toute autre association, mais je remercie tout ceux qui se battent jour après jour pour changer les mentalités. Et à voir les apprioris, il y a encore du travail à faire...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Accident mortel aux Assises de Mons :   

Revenir en haut Aller en bas
 
Accident mortel aux Assises de Mons :
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» accident mortel
» accident mortel 2 REP
» Accident mortel de la circulation impliquant quatre élèves gendarmes de TULLE
» Nouvelle Calédonie - Accident mortel de la jeune motarde à Saint-Louis: l'enquête est en cours.
» Un garde républicain décède dans un accident de la circulation routière

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du GAR :: LES ARTICLES D'ALBERT GILLIQUET-
Sauter vers: